Tag - pink-me-up

Allocab à Nice … et ailleurs

Qui est Allocab ?

Sur la route, dans les airs … Yanis Kiansky était régulièrement en déplacement dans le cadre de son activité de consultant en Systèmes d’Information. En discutant avec un chauffeur de taxi-moto, il prend conscience que les chauffeurs galèrent pour constituer une clientèle, avec des sollicitations peu structurées, alors que le service est très apprécié des clients. L’idée fait son chemin : créer une centrale qui offrirait aux chauffeurs une force commerciale tout en les aidant à s’organiser. L’équipe est constituée avec Thomas Tiercelin pour le SI et Eric Cassin pour les opérations.

Implantée initialement à Aix-en-Provence, la jeune société sort une première version de sa centrale début 2013 pour servir le marché parisien, ouvert depuis peu aux moto-taxi et aux VTC.

Une fois le marché parisien adressé, Allocab part à la conquête des principales villes de province, et lance le service dans les grandes villes de la région PACA : Aix, Marseille, Toulon … A ce jour, une quinzaine de villes sont couvertes sur un objectif de vingt-cinq.

Lors de l’arrivée d’Allocab en région PACA, l’accueil des taxis était plutôt hostile, en particulier à l’encontre des moto-taxis, parfois pris à parti. Les VTC, moins vulnérables physiquement qu’une moto, ont également connu une situation tendue. Cependant, les esprits se sont apaisés à la faveur de médiation Thevenoud, dont la loi, publiée le 1er octobre, sera mise en application en mars prochain.

Quant à Uber, Yanis considère que le géant américain opère sur des marchés plutôt distincts de ceux d’Allocab. Clients voyageant dans le cadre de leurs loisirs, réservant en dernière minute pour Uber, contre clients sur réservations anticipées pour Allocab. Cela dit, la réservation immédiate va se développer chez Allocab avec la sortie de leur nouvelle application courant octobre 2014…Allocab_appli02

Cependant, le service Uber Pop est lui clairement hors la loi, puisque ce qui est présenté comme du covoiturage correspond en réalité à un service de transport à la demande tarifé, qui échappe à l’URSSAF et aux impôts !

Combien coûte une course à Nice ?

Le comparatif ci-dessous présente les prix publics TTC de Allocab en regard d’estimation d’une course en taxi classique réservé.

DépartArrivéedistance routetemps estiméAllocab jour (1)Allocab nuit (1)taxi réservé jour (2)taxi réservé nuit (2)
Nice, palais de justiceNice, 164 Avenue des Arènes de Cimiez3.511292919.321.1
Nice, aéroportNice, palais de justice7.416293327.431.2
Nice, palais de justiceVence, 214 Avenue Colonel Meyere21.538617056.767.9

(1) tarif forfaitaire comprenant l’approche

(2) prix estimé à partir du barème préfectoral, en comptant 8€ de trajet d’approche et un supplément d’1€ pour bagages.

Quatre questions à … Yanis Kiansky

Q: Quelles sont les particularités de la clientèle PACA ?

R : ils découvrent le service de VTC ou la moto taxi, et ils adorent !

Q : Quelles sont les spécificités du servcie Allocab ?

R : Allocab est le premier réseau national de VTC, et le seul à proposer les 3 modes de transport (moto, limousine ou van 7 places). Enfin, nous avons la maitrise de notre SI, ce qui permet la plus grande flexibilité. Par exemple, vis-à-vis d’entreprises qui souhaitent la prise en compte de leur politique d’entreprise en matière de déplacement des collaborateurs (autorisation de gammes de véhicule, prix, horaires etc.).

Q : Pourriez-vous nous faire part d’un coup de cœur survenu à l’occasion de votre aventure ?

R : Un couple réserve une voiture (une jaguar) pour se rendre à la maternité … quelques jours plus tard, nous recevons un faire-part de naissance !

Q : une galère ?

R : Nous avons saisi le conseil d’Etat sur le sujet du délai des 15 minutes entre la commande et la course. Celui-ci nous a donné raison dans son avis qui porte notre nom, occasionnant couverture médiatique complètement inhabituelle … et un trafic qui a poussé notre site au bord de la rupture. Nous avons dû revoir l’ensemble de nos processus pour éviter la catastrophe !

Les VTC en province

à Paris : innovation et polémiques

Depuis l’entrée en vigueur de la loi de 2009 créant le régime des Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (VTC), on dénombre 7000 VTC.

Aujourd’hui, les plus gros opérateurs disposent de marques connues du grand public. Uber, venue des USA, défraie régulièrement la chronique. Les françaises ne sont pas en reste : LeCab, Allocab, SnapCar, Navendis, Chauffeur Privé … sont autant de start-up qui développent des applications innovantes pour un service de plus en plus performant. Elles se sont également illustrées à l’occasion de la grogne des taxis.

Leur point commun : toutes sont nées et opèrent en région parisienne depuis 2 ans environ.

Et en province ?

Dès la loi de 2009 promulguée, une entreprise avignonnaise a rapidement développé le concept de courses réservées et accessibles au plus grand nombre : EasyTake, fondée par Jean-Marc Sibade et Michel Olivier. Cette entreprise a cessé son activité en 2012, comme nous le relatons dans cet autre article.

L’exception avignonnaise confirme-telle la règle d’une France jacobine ? La province est-elle fatalement en retard en matière de transport innovant ? Non point ! C’est l’heureuse surprise de cette enquête : Toulouse, Lille, Strasbourg ou Nice recèlent elles aussi de jeunes pousses pleines d’avenir.

Eurecab est allé à leur rencontre.

 image Serge Jamois

Pink-Me-Up rajeunit le VTC à Toulouse

Qu’est Pink-Me-Up ?

Issu de Sup de Co Toulouse, Sylvain Lazaro était spécialisé en droit de la concurrence. Lorsque les lois de 2009 portant la création du régime de VTC entrent en application, il voit une opportunité à saisir, stimulée par ses expériences en Espagne, où l’offre de taxis est abondante et bon marché, ou à Londres, où le régime des « minicabs » est très largement utilisé pour les courses réservées.

Pink-me-up est lancée en 2012. Dans un premier temps, faute d’un nombre suffisant de chauffeurs indépendants dans la région, les fondateurs prennent eux-mêmes le volant. Ils cumulent alors le parcours du combattant de créateurs d’entreprise et la conduite des clients. Cette expérience leur permet d’être au contact du marché, de multiplier les rencontres.

Ensuite, ils ont pu s’en remettre à des chauffeurs indépendants, parfois d’anciens taxis. La société s’appuie sur 15 à 20 chauffeurs, fonctionne essentiellement sur des courses réservées.

A l’avenir, Sylvain envisage une extension du service sur d’autres métropoles, soit en direct soit par le biais d’alliances avec d’autres VTC.

La cohabitation avec les taxis est pacifique, rien à voir avec la « guerre » montée en épingle dans les medias.

Le géant américain Uber vient de débarquer à Toulouse avec son offre pop. Contrairement à Pink-Me-Up, ils ne pratiquent que la réservation immédiate. Ils concurrencent donc essentiellement les taxis.

Combien coûte une course à Toulouse ?

Le comparatif ci-dessous présente les prix publics TTC de Pink-Me-Up en regard d’estimation d’une course en taxi classique réservé.

départarrivéedistancetemps estiméPink-me-up (1)taxi réservé jour (2)taxi réservé nuit (2)
Toulouse, place du capitoleLa Dune, 26 allée des foulques, Toulouse9172425.331.1
Toulouse, place du capitoleLe Bikini, rue Théodore Monod, Ramonville-Saint-Agne10192526.933.3
Toulouse, place du capitoleAéroport Toulouse-Blagnac9.1183025.531.3

(1) tarif de nuit pour les deux premières courses, et forfait aéroport pour la 3e course.

(2) prix estimé à partir du barème préfectoral, en comptant 8€ de trajet d’approche et un supplément d’1€ pour bagages.

Quatre questions à … Sylvain Lazaro

Q: Quelles sont les particularités de la clientèle toulousaine ?

R: la clientèle toulousaine est variée : sorties, aéroports, gares, etc. On y retrouve d’ailleurs pas mal de parisiens en visite à Toulouse !

Q : Quelles sont les spécificités du servcie Pink-Me-Up ?

R : la proximité entre chauffeurs et clients. On n’a clairement pas choisi le positionnement des « chauffeurs de maître », distants et encravatés, et à l’inverse on n’est pas non plus dans la caricature du chauffeur familier imposant l’écoute de RMC à ses clients. Pink-Me-Up crée une ambiance détendue, que les clients apprécient … et ils reviennent !

Q : Pourriez-vous nous faire part d’un coup de cœur survenu à l’occasion de votre aventure ?

R : L’époque où nous conduisions nous mêmes les clients. Nous avons vraiment apprécié de rendre le service directement, de rencontrer les gens, de sympathiser quelquefois. Certaines rencontres ont d’ailleurs débouché sur des contrats.

Q : une galère ?

R : Cette époque était aussi excitante qu’épuisante.