Si vous êtes voyageur en taxi à Thiais, en Île-de-France et ses alentours, vous avez déjà sans doute rencontré YANNICK, l’un des plus anciens partenaires chauffeurs d’Eurecab. À la tête de l’entreprise JULYANNA . Yannick s’est prêté à nos questions afin de vous permettre d’en savoir un peu plus sur sa carrière d’artisan chauffeur VTC à Thiais. Sur Eurecab, il vous propose ses services en région parisienne vers les Gares, Aéroports et pour vos excursions.

Bonjour Yannick, comment êtes-vous devenu chauffeur VTC ?

Je suis chauffeur depuis 3 ans et demi. Mon dernier métier avant d’être chauffeur VTC, c’était dans la restauration en salle. J’ai été également Directeur d’établissement, Maitre d’hôtel, Gérant, Serveur, j’ai fait beaucoup de salles. J’ai choisi ce métier d’abord parce que j’ai été aussi Ambulancier. J’avais donc déjà un peu côtoyé le métier de la conduite et du transport des personnes. Ensuite parce que j’étais un peu obligé à cause de la naissance de mes jumelles.

Quand ma femme est tombée enceinte des Jumelles, je ne pouvais plus continuer le métier de Restaurateur et m’occuper en même temps des enfants. J’ai choisi le métier de chauffeur VTC, pour pouvoir justement gérer mes horaires par rapport à mes filles. Ceci dit mon entreprise s’appel JULIANNA en l’honneur de mes filles : c’est la combinaison de leurs deux prénoms

Il faut ajouter que j’aime le sens du service, j’apprécie également conduire et être mon propre patron. En choisissant mon métier de reconversion je me suis assuré de rester dans un secteur ou je demeure quand même en contact avec les clients. De plus le métier de chauffeur étant un métier commercial, il n’y a pas grande différence avec le métier de la restauration. Je n’ai pas été trop dépaysé à ce niveau.

  » Mon entreprise s’appelle Julyanna en l’honneur de mes filles.  c’est la combinaison de leurs deux prénoms « 

Quels sont les avantages et les inconvénients à être travailleur indépendant ?

Comme je l’ai dit précédemment, le plus gros avantage à être indépendant c’est pouvoir gérer son temps, ses horaires pour un bon équilibre familiale. Pour moi il est très important de pouvoir m’occuper de mes jumelles convenablement. Si je n’étais pas à mon compte, clairement aujourd’hui, je n’aurais pas pu le faire.

Mais d’un autre côté j’ai envie de vous dire presque qu’il n’y a que des inconvénients à être entrepreneur. Juste un petit exemple pour illustrer. Me concernant j’ai quand même divisé mon ancien salaire de restaurateur par deux depuis que je suis devenu VTC. C’est un énorme sacrifice que j’ai fait financièrement. De plus j’aimais le métier que je faisais, mais pour mes enfants c’est un sacrifice qui en vaut la peine.

Comment avez-vous découvert Eurecab, quelle est votre relation avec la start-up ?

J’ai découvert Eurecab grâce à internet depuis que j’ai commencé le VTC il y a maintenant 4 ans. C’est la meilleure appli chauffeur que je connaisse jusque-là. Avec eux j’ai une vraie relation avec la clientèle. Ce que j’aime le plus avec vous c’est la clientèle avec qui on a une vraie relation chauffeur-clients. 

Avec les autres applications, ce sont généralement des clients qui ont besoin d’un VTC en urgence parce qu’ils sont en retard et pensent qu’on doit tout faire pour arriver à l’heure à leur point d’arrivée. Ils nous demandent parfois de prendre les voies de bus, ce dont on n’a pas le droit. Il m’est même arrivé de faire comprendre à certains de ces clients que je ne pouvais pas les emmener là où ils voulaient en 10 MN.

Or sur Eurecab, la plupart des clients réservent, ils connaissent l’heure de leur train ou du vol par exemple. Du coup s’ils commettent une erreur sur l’heure de départ, ils ne peuvent que s’en prendre à eux-mêmes. Aussi les demandes de courses à l’avance sont plus réfléchies et généralement les clients réservent aux bons horaires. Du coup c’est sans pression et c’est mieux pour tous.

  » Ce que j’aime le plus avec vous c’est la clientèle avec qui on a une vraie relation chauffeur-clients « 

Comment faites-vous pour recueillir de si bons avis clients sur Eurecab ?

Pour moi c’est plus la ponctualité, le sens du service, le sourire, une voiture propre et de la disponibilité. C’est pas assez compliqué.
J’ai quand même 25 ans de métier dans la restauration et la relation avec les clients, je connais déjà pas mal. On va dire j’avais d’entrée de jeu une relation privilégiée avec les clients. J’étais donc plus habitué et plus à l’aise.

Courses effectuées

Avis clients

Comment vous avez vécu la période COVID-19 et quelles sont les dispositions que vous avez prises en ce moment ?

Pendant la crise sanitaire du CORONAVIRUS, j’ai quand même travaillé. Pas autant qu’en période normal, mais j’ai eu quelques courses chez Eurecab (des longues distances notamment). J’ai eu également pas mal de clients personnel (des clients à moi) qui m’ont beaucoup sollicité. J’ai surtout conduit du personnel médical et celui des EPHAD. J’ai aussi travaillé avec d’autres plateformes en parallèle. N.D.L.R. (chez Eurecab les chauffeurs partenaires sont tout à fait libres de travailler avec des plateformes concurrentes).

Il faut dire que même si je prenais des courses durant cette période et malgré les mesures de soutien gouvernementales, j’ai quand même perdu plus de la moitié de mon chiffre d’affaires. Aujourd’hui afin de lutter contre la propagation du virus, j’ai installé un plexiglas, je mets à la disposition des clients une bouteille de gel désinfectant et des masques au cas où.

A bord d’une Toyota PRIUS NOIRE, YANNICK se mets au services des particuliers et des professionnels qui le trouvent très professionnel, efficace et ponctuel

Décrivez-nous votre journée type en tant que chauffeur VTC

Généralement je commence à 7 h, je me connecte quand je n’ai pas de réservation afin de prendre des clients qui font des demandes immédiates. Il y a des journées très intenses où je n’ai même pas le temps de manger. Mais quand tout est calme, je vais honorer mes courses en réservation et je rentre chez moi. Car les VTC n’ont pas le droit de tourner dans la ville (faire de la maraude). Et lorsque je ne conduis pas j’essaie d’aller courir un peu, parce que le fait de rester tout le temps en voiture, ce n’est pas évident. On est tout le temps assis et du coup il faut se bouger un peu.

Racontez-nous la course qui vous a le plus marqué

J’ai pris une fois des clients à Paris au niveau De Denfert-Rochereau pour Bordeaux. Mais ça, (les courses longues distances), c’est devenu assez récurrent. Donc je ne dirai pas que c’est marquant. Mais j’ai vécu beaucoup d’expérience ou les clients se sont trompés de date de départ. Quand ils m’appellent pour me prévenir, je ne me déplace pas dans ce cas.

Votre mot de fin ?

Même si j’aimais mon ancien métier et que je me suis lancé dans le VTC un peu par obligation, je ne regrette absolument pas mon choix. Je suis vraiment libre dans ce que je fais. À ceux qui veulent se lancer dans le métier, je leur conseilles de bien travailler la qualité de leur relation avec les clients. Quand un client réserve une course VTC, il réserve à la fois un service et un chauffeur c’est-à-dire que le client vous loue vous et votre voiture. Il faut donc que la voiture soit propre, que le chauffeur soit présentable aussi et serviable sans trop en abuser (il sourit).

Merci à Yannick pour cet échange ! Pour un avis personnel sur la qualité de sa prestation,

Vous êtes chauffeur(e) professionnel(le) ? Rejoignez-vous aussi le réseau de chauffeurs partenaires Eurecab