Nous continuons notre série de partages d’expériences à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme. Tatiana , Zhour et Cristel nous ont fait le plaisir de nous parler de leurs expériences femmes chauffeures. C’est aujourd’hui à Lamaa de nous partager la sienne. À bord d’une berline tout confort,Lamaa est implantée en Isère(Vienne) et peut se déplacer dans toute la région Rhône-alpes. N’hésitez donc pas !

Bonjour Lamaa, quel est votre parcours ?

À mon compte depuis 3 ans bientôt, je travaillais auparavant comme chauffeurE pour une société dans le même domaine. Quand la société a fermé, j’ai été licenciée économiquement. Et puisque j’avais déjà pris gout à ce métier à travers la société pour laquelle je travaillais, j’ai décidé de me mettre à mon propre compte.

Il y a t’il des avantages à être une femme dans le métier ?

Oui bien sûr ! Des clients me font souvent la remarque.Ils me disent : << c’est la première fois qu’on voit un chauffeur femme>>. Il y a aussi des femmes qui sont très contentes et me disent : << je préfère avoir un chauffeur femme pour plus de sécurité>>. Les hommes eux par contre sont surpris, ils me disent : << on s'attendait à tomber sur un homme !>>.

Le problème, c’est qu’on n’est pas nombreuses et dans une région comme Lyon qui est une grande ville, je suis quand même surprise qu’être une femme chauffeur étonne encore (elle rit).

Dans votre métier, des expériences vous ont particulièrement marquées ?

Pas vraiment. C’est juste que je faisais les nuits en fin de semaine et il y a des gens qui vomissaient dans la voiture, ça arrive fréquemment. C’est le monde de la nuit et certaines personnes se lâchent dans la voiture. Il peut aussi arriver que des hommes draguent un peu mais ça reste toujours courtois et gentil.

Pour la petite histoire (elle sourit), il y en a souvent qui croient que le chauffeurE est comprise dans la prestation de transfert (elle rit). Souvent quand je suis en attente d’un client, généralement autour de l’aéroport, j’aime bien me mettre tranquille dans un petit chemin, histoire de ranger un peu la voiture. Certaines personnes me prennent pour une travailleuse du sexe. Ils s‘approchent et me demandent : << c’est combien ? >>.
Au début ça me faisait sourire mais maintenant j’avoue c’est un peu énervant.

Que diriez-vous aux femmes qui veulent se lancer dans ce métier ?

Je leur dirai de ne pas avoir peur. Ce qui peut freiner les femmes à embrasser ce métier c’est la sécurité. Mais franchement depuis que j’ai commencé, même avec l’ancienne boite, je n’ai jamais eu de soucis. Elles ne devraient pas avoir d’appréhensions et se lancer. Elles doivent aussi bien se préparer et avoir une petite enveloppe pour commencer. C’est également important qu’elles aiment ce qu’elles font.

Comment se passe votre partenariat avec Eurecab ?

Ma collaboration avec Eurecab se passe très bien, rien à dire ! Ça va très bien.

Merci à Lamaa pour son témoignage ! Vous souhaitez vous faire votre avis sur la qualité de sa prestation, RETROUVEZ SON ANNONCE ICI.

Vous êtes chauffeur(e) professionnel(le) ? Rejoignez-vous aussi le réseau de chauffeurs partenaires Eurecab