Toujours dans notre série de partages d’expériences à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme. Tatiana , Zhour et Cristel nous ont partagé leurs quotidiens de femmes chauffeures VTC. Aujourd’hui, nous vous emmenons à la rencontre de Marie , Chauffeure VTC à Chambéry et en Savoie. Elle vous propose ses services dans sa FIAT TIPO SW. Pour vos déplacements privés ou professionnels en Rhône-Alpes, c’est l’idéal , avec du confort, de la fiabilité tout en étant économique.

Bonjour Marie, depuis quand êtes-vous chauffeure VTC ?

Si je dois répondre a la question purement VTC, on va dire depuis 1 an. Mais avant j’étais chauffeure de taxi. Je suis dans les métiers de la route depuis 2015.

Vous êtes une femme : pourquoi avez-vous choisi de faire ce métier ?

J’ai choisi d’être VTC tout simplement parce que la profession de taxi est très dure d’accès. Je voulais me mettre à mon compte, mais je n’avais pas d’argent pour une licence de taxi. (ndlr) Une licence de Taxi peut aller de 100 à 260 000 euros selon les villes. Le VTC était une option,l’investissement était beaucoup plus abordable. Je n’ai donc pas hésité, je me suis lancée.

Une femme VTC, qu’est-ce que ça change ?

Beaucoup de choses clairement !
Il y a des clientes qui apprécient et qui viennent vers des profils féminins de VTC, parce qu’elles sont des femmes et elles voyagent seules.

Il y a également beaucoup de jeunes filles que je prends via des applications ou autres qui me disent : << je vous ai choisis parce vous êtes une femme et je n’avais pas envie de me retrouver dans une voiture avec un homme que je ne connais pas.>>

Ça ne veut pas dire qu’elles ne sont pas en sécurité avec des hommes mais malheureusement notre métier à aujourd’hui une réputation difficile et les femmes on de plus en plus peur.

Avez-vous des souvenirs à partager avec nous ?

Je n’ai pas de souvenirs particuliers. Mais je fais pas mal de courses vers les stations de ski et on transporte beaucoup de skieurs. Ce sont des gens qui sont cool et qui sont en vacances. (Elle sourit) Ça va, je n’ai pas d’expérience extraordinaire à raconter (elle sourit). J’ai quand même rencontré des clients qui sont sympathiques et qui demandent à faire une pause puis qui nous paient le café par exemple (elle sourit). C’est surtout de belles rencontres et de belles conversations.

Avez-vous des passe-temps en dehors de votre métier

Oui ! , j’en ai ! Même si mon métier prend beaucoup de place.
En plus c’est une très bonne question.(elle rit) Je me rends finalement compte que mon métier me prend énormément de temps surtout en haute saison. Mais quand j’arrive à dégager du temps pour moi, je peux faire du sport, du shopping et sortir avec mes amis.(elle sourit)

Comment se passe votre partenariat avec Eurecab ?

Ma collaboration avec Eurecab se passe très bien.
Jusqu’à présent tout se passe bien, je n’ai pas eu à me plaindre.
Ce que j’aime c’est que : vous êtes la seule application sur laquelle on peut mettre nos propres tarifs et fixer nos majorations. Toutes les autres applications, nous donnent des courses avec des tarifs imposés. J’avoue que le concept Eurecab est très bien, surtout pour le choix laissé aux chauffeurs.

Un conseil à donner aux femmes qui hésitent à se lancer ?

(Elle réfléchi) Alors je leur dirais que malgré la réputation que le métier a, c’est un beau métier dans le sens ou on rencontre vraiment toute sorte de personnes. Aussi, si on se débrouille bien c’est un métier dont peut largement vivre. Après ça dépend de la région où on se trouve. Si elles aiment bouger elles peuvent bien s’en sortir.

Un petit mot de fin ?

Je dirais merci d’avoir pensé à nous les chauffeurs femmes parce qu’on est vraiment dans un métier très masculin. On est un peu comme des petits poissons rouges dans un aquarium de requins. Ça faut pas l’oublier (elle rit) et je pense que les clientes en ont besoin de ce genre d’initiatives.

Merci à Marie pour son témoignage ! Si vous souhaitez vous faire votre avis sur la qualité de sa prestation, retrouvez SON ANNONCE ICI.

Vous êtes chauffeur(e) professionnel(le) ? Rejoignez-vous aussi le réseau de chauffeurs partenaires Eurecab