[Portrait de chauffeur] Hakim Mimoun, éleveur de champions

photo : avec Mark Wahlberg et Said Taghmaoui

Côté pile, on trouve une famille d’origine marocaine dans un département de la région parisienne réputé difficile. Un père décédé alors que Hakim était encore bébé, laissant la maman élever seule ses huit enfants, secondée par les aînés de la fratrie.

Côté face, la vie sourit à Hakim qui grandit dans une famille unie, fait des études supérieures de comptabilité, et conjugue avec bonheur sa vie familiale, ses passions et son activité de VTC indépendant.

93 style

Comme beaucoup de garçons de sa génération, Hakim est mordu de foot. Fan de l’Olympique de Marseille des grandes années [le titre en champion’s league 1993, NDR], il se fritte avec ses cousins supporters du PSG ! Ses loisirs, Hakim les consacre à la lecture d’ouvrages historiques et fantastiques comme ‘Game of Thrones’ de George Martin, et aux animaux, sa grande passion. Il se sent Français, de religion musulmane.

Bon élève, Hakim a le goût des chiffres et s’intéresse à la vie des entreprises, ce qui l’amène à suivre des études de comptabilité où il « a trouvé sa voie ».

BTS et 11 septembre

Son BTS de compta en poche, Hakim entre dans la vie active en septembre 2001. Cependant, suite aux attentats du 11, les portes semblent se refermer. Par exemple, on lui suggère poliment d’opter plutôt pour la manutention …  A l’époque, les media tournent en boucle sur le terrorisme islamiste, et l’amalgame entre terrorisme et Islam n’a pas joué en faveur des jeunes d’origine étrangère.

Qu’à cela ne tienne. Hakim rejoint sa sœur en Angleterre. Pendant un an, il travaille en tant qu’animateur dans une école primaire, il apprend l’anglais. Avec les enfants, le courant passe.

Rentré en France, il poursuit sur cette voie. Aider aux devoirs, encourager, partager et résoudre les problèmes de chacun … activité prenante, mais après plusieurs années, l’implication devient envahissante sur le plan personnel. Hakim souhaite passer à autre chose.

En 2013, le secteur du VTC est en plein boom. A l’aise dans la relation avec les autres, aimant conduire, Hakim se lance comme chauffeur indépendant. Il officie auprès de différentes centrales (Uber, SnapCar, Marcel etc).

Journée type

La journée démarre tôt, vers 4 ou 5h du matin. Hakim dresse à grands traits l’équation économique du chauffeur VTC :

« Si on part d’un Chiffre d’Affaires brut de 300€ par jour, il reste 100€ à 120€ de revenu net pour le chaufeur. » Les charges sont d’une part la commission des centrales (20 à 25% du CA), les charges opérationnelles (véhicule, carburant, assurances, péages, parkings …) pour une grosse centaine d’Euros par jour, enfin il faut payer taxes (TVA 10% du CA) et cotisations sociales (RSI).

« Les grandes centrales comme Uber cassent les prix, ce qui amène les chauffeurs à travailler beaucoup plus de 35 heures pour gagner a peine l’équivalent du SMIC ». D’autre part, la clientèle d’Uber montre très peu de considération pour le chauffeur. Hakim a donc cessé de travailler pour cette dernière, au profit de sa clientèle perso, et d’autres plateformes comme SnapCar, Marcel ou Eurecab, où le contact humain reste possible.

Déminage par le sourire

Depuis les attentats de 2015, l’activité s’est tassée, en particulier au niveau des hôtels. « Les clients sont plus craintifs, et je ressens parfois une appréhension face à un chauffeur d’origine maghrébine ».

Face à un client tendu, Hakim le laisse généralement s’exprimer, vider son sac. « Ensuite, je fais en sorte que le client passe un bon moment, même si la journée qui précède était difficile ». Selon la réponse du client, il y aura un échange cordial … ou pas. « Le sourire prime sur l’impression que retiendra le client », par rapport au costume par exemple.

Le métier amène à côtoyer un maximum de gens de tous horizons. Un souvenir ?

« Henri Leconte [le tennnisman, NDR] me demande de monter le son de la radio et se met à chanter pendant le trajet », ou la rencontre de vedettes de cinéma dans le cadre d’une mise à disposition (voir photo).

La famille, son trésor

Le 13 septembre dernier aura été riche en émotions :

L’épouse d’Hakim est enceinte de leur troisième enfant. Le jour de l’anniversaire de leur aîné, Hakim emmène son épouse à la maternité, mais le bébé n’attend pas … leur fille naît à bord et Hakim entend ses premiers cris avant l’arrivée à destination !

Son rôle de « grand frère » auprès de jeunes en difficulté et l’absence de père l’ont convaincu de l’impact que les parents ont sur l’épanouissement des enfants. Il veille donc à être présent auprès des siens.

Hakim gère aujourd’hui son activité de chauffeur indépendant, de sorte à pouvoir se consacrer à sa famille … et à ses chiens, son autre passion.

Pour retrouver son annonce, suivez ce lien.

éleveur de champions

éleveur de champions

A propos de l'auteur Voir tous les posts

Cedric

3 commentairesLaissez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs nécessaires sont marqués *