Interview d’Yves Weisselberger, fondateur de SnapCar

SnapCar est une centrale de VTC créée par un duo franco-américain de deux anciens du secteur des technologies. Rencontre avec son fondateur Yves Weisselberger.

Bonjour Yves, pouvez vous nous parler de votre parcours ? Pourquoi avez-vous souhaité créer SnapCar ?

Yves Weisselberger

Yves Weisselberger

Nous sommes deux fondateurs à l’origine de SnapCar : Dave Ashton et moi-même. Nous nous sommes rencontrés chez KDS où nous travaillions tous deux. KDS édite des logiciels en SAAS (software as a service) pour les entreprises, notamment des logiciels de réservation de voyages et de gestion des notes de frais. Ce sont de tels logiciels que les collaborateurs des entreprises utilisent lorsqu’ils veulent planifier un voyage professionnel.

Nous avons constaté un problème pour les voyageurs d’affaires avec les taxis : alors que la réservation des voyages est pour grande partie automatisée (avion, train…), les trajets en taxis échappent encore à cette logique. Il n’est par exemple pas possible d’automatiser leur réservation, ni de disposer d’un prix convenu d’avance. Nous avons donc décidé de nous atteler à ce problème et de créer SnapCar avec une double exigence : l’amélioration de l’expérience utilisateur et de l’efficacité grâce à la technologie.

Parlez-nous un peu de SnapCar

SnapCar a été créée avec les objectifs suivants : proposer une expérience client exceptionnelle, tant au niveau du processus de réservation que du déroulement de la course et proposer des solutions adaptées aux entreprises.

Chez SnapCar, nous avons mis tout de suite l’expérience utilisateur au centre. Cela se manifeste par une multitude d’attentions et de fonctionnalités : par exemple nous vous pouvez inclure automatiquement vos réservations dans un calendrier, ou commander votre course retour en un clic. Nous sommes également particulièrement à l’écoute des besoins des entreprises. Snapcar est la seule société à proposer une offre pensée pour ces dernières : nous proposons entre autres des reportings, une gestion multiutilisateurs, et une gestion des centres de coûts.

SnapCar a été fondée en 2012. L’entreprise regroupe aujourd’hui une quinzaine de personnes, nous travaillons avec 600 chauffeurs.

Quels sont les plus que votre clientèle apprécie particulièrement chez Snapcar ? Pourquoi venir chez vous ?

Outre les points que j’ai mentionnés à la question précédente, les fondamentaux du service SnapCar sont des prix fixés au moment de la réservation, une gamme complète de véhicules (Classic, Executive et Van) ainsi que la possibilité de réserver à l’avance tout comme dans l’immédiat.

Qu’est ce que les chauffeurs apprécient quand ils travaillent chez SnapCar ? Pourquoi devraient-ils venir chez vous ?

La première chose est que nous traitons nos chauffeurs en tant que partenaires et non en tant que « ressources ». Nous avons reçu tous nos chauffeurs et nous les connaissons personnellement pour la plupart. Nous mettons un point d’honneur à maintenir un caractère humain dans la relation que nous entretenons avec eux.

La seconde chose que nos chauffeurs apprécient est la qualité de notre clientèle. Nous avons un positionnement très business, avec des clients exigeants mais courtois et agréables à véhiculer. La longueur des courses que nous offrons, probablement plus importante que la moyenne du secteur, est également un facteur d’attrait.

SnapCar carte des chauffeurs

Carte des chauffeurs connectés à SnapCar

Uber est le plus gros acteur du transport par VTC à Paris et connaît un développement exponentiel. Est il possible de survivre face à Uber ? Que pensez vous de UberPOP ?

Uber est évidemment notre principal concurrent. Mais pour nous, Uber n’est pas forcément un problème et même à certains égards c’est une opportunité. Uber a catalysé le développement du VTC à Paris. Nous ne disposons pas des mêmes moyens financiers et sans eux, le marché ne serait sans doute pas au niveau auquel il se trouve. Ensuite, nous avons un positionnement différent. Nous sommes très orientés entreprises, nous avons coutume de dire : « Si Uber est Facebook, nous sommes Linkedin », nos clients ne sont donc pas les mêmes. Enfin, le marché est suffisamment dynamique pour que plusieurs acteurs puissent prospérer.

S’agissant d’UberPOP, je n’ai pas d’avis tranché mais cette offre m’interpelle à plusieurs titres. En premier lieu, sur un plan philosophique. Est-ce que dans une démocratie le fait d’avoir de l’argent permet d’être au-dessus des lois ? En second lieu, même si j’adore l’économie collaborative, les questions de la protection sociale et de la fiscalité n’ont toujours pas été résolues. Si l’Economie Collaborative conquiert des pans entiers de l’économie – ce qui va se produire -, il faudra revoir les modes de perception de l’impôt et l’équilibre des Comptes Sociaux. Ce n’est pas une mince question.

Vous êtes un créateur d’entreprises multirécidiviste. La création d’entreprise, c’est des hauts et des bas. Pouvez vous nous faire part d’un coup de cœur que vous avez eu ?

Il y en a beaucoup ! Mais assez récemment, nous avons été amenés à transporter un ancien joueur de l’équipe de France de foot. Il se trouve que ce joueur nourrit un projet entrepreneurial, il souhaite proposer à d’autres joueurs de les aider dans leurs relations avec leurs agents. Nous avons discuté de ce projet passionnant pendant plusieurs heures !

Et inversement, un coup dur ?

La première partie de l’année 2014 a été vraiment difficile. Dans l’attente de la sortie du rapport Thévenoud, l’Etat avait bloqué la formation des chauffeurs. Nous avions une demande croissante mais ne pouvions y répondre faute de chauffeurs. En plus, nous avions au dessus de nos têtes une épée de Damoclès car un lobby puissant voulait mettre des bâtons dans les roues de l’activité des VTC. Nous ignorions ce qui allait ressortir de cette consultation…

Vous êtes dans le transport de personnes depuis un peu plus de deux ans. Énormément de choses ont changé. Faisons un peu de prospective : comment voyez vous le marché dans deux ans ?

De ma vie d’entrepreneur, je n’ai jamais connu un marché aussi dynamique. Chez SnapCar, nous enregistrons une croissance de 10% par mois, soit un triplement de nos volumes chaque année. Je pense que la croissance des VTC traduit un changement de paradigme : le passage de la possession des véhicules à leur usage. Le développement des VTC est une composante de ce changement, au même titre que l’autopartage par exemple. Mais cette tendance est lourde, je prévois donc que le secteur va continuer à croître très fortement.

En revanche, le nombre d’entreprises créées dans ce secteur a été très important. Il y aura donc probablement des regroupements et des disparitions.

A propos de l'auteur Voir tous les posts

Théodore

1 commentaireLaissez un commentaire

  • Bonjour cedric heureusement que le web a inventé le commentaire pour pouvoir rétablir quelques vérités .
    à écouter monsieur snapcar il a inventé le taxi avant lui pas moyen de reserver un taxi à ll’avance des centaines de salariés et dirigeants etaient condamnés a louper leurs rendez vous et soudain snap car est arrivé avant lui des milliers de taxis errants dans la ville sans possibilité d’etre contactés par cette clientèle snapcar avec ses 500 chauffeurs capable de servir n’inporte quelle commande à la vitesse de l’éclair grace à une appli formidable alors que les pauvres taxis ne pouvaient communiquer qu’en morse.
    cette facon bien particulière de faire croire « avant nous c’etait la préhistoire » est souvent accueillie avec une économie de sens critique qui mène à avaler le premier bobar venu.
    en ce qui concerne le petit couplet citoyen sur les obligation de respect du droit par uber qu »il commence par les respecter lui même .En effet ce qu’il appelle ses » partenaires  » en novlangue
    ne sont ni plus ni moins que ses salariés . Je vous invite à consulter la jurisprudence batti qui a condamné la g7 à redefinir un contrat radio en contrat de salarié ceci vaut pour toutes les aplications vtc dans les mois qui vont suivrent de nonbreux chauffeurs vtc qui ne pourrons échapper à la précarisation qui s’ annonce inéluctable se retourneront devant la loi je vous en fait le pari
    amicalement

Leave a Reply

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs nécessaires sont marqués *