Taxis, VTC et mini cabs : un aller-retour entre France et Angleterre

Deux histoires croiséesfrance-england

Entre Guerre De Cent Ans et Entente Cordiale, l’histoire de nos deux pays est celle d’une constante émulation, plus ou moins pacifique. Un peu comme ces rendez-vous sportifs dont nous nous réjouissons, même s’ils peuvent laisser quelques bobos. Je vous propose de refaire ce match, en commençant par la fin.

Coup de sifflet.

Le VTC et mini cab londonien : un air de famille

Ainsi, les VTC nouvellement apparus dans l’hexagone ressemblent furieusement à leurs cousins Mini cabs qui sévissent en Angleterre depuis plusieurs décennies. Est-ce vraiment un hasard ?

Nombre de personnes fréquentant les deux côtés de la Manche pouvaient apprécier l’abondance et l’efficacité de leurs services. En 2008, le rapport Attali cite en exemple Londres et New-York et lâche une bombe en écrivant « Une ouverture complète du marché des taxis et des véhicules de petite remise parisiens permettrait d’avoir au total de 50 000 à 60 000 taxis et VPR à Paris et en proche banlieue (contre 16 000 aujourd’hui), soit un gain d’emploi de 35 000 à 45 000. ». le gouvernement Fillion-Sarkozy fait sien le livre-programme, et tente de faire passer une réforme des professions réglementées dans les premiers temps du quinquennat. Las, une grève plus tard, la réforme des taxis était abandonnée.

Pourtant … mi-2009, une loi passe discrètement. Sans toucher à la profession de taxis en tant que telle, elle confère à Atout France, organisme rattaché au ministère de l’Economie, le soin d’attribuer une licence de transport rénovée, le Véhicule de Tourisme avec Chauffeur (VTC).

Quoi qu’il en soit, nombre d’observateurs y ont vu la brèche qui permettrait de développer en France l’équivalent des mini-cabs qui font florès en Angleterre. Parmi eux, les fondateurs d’Ecota.co, Allocab, Pink-Me-Up, dont nous avons recueilli les témoignages dans d’autres articles. Idem pour LeCab, Chauffeur Privé et SnapCar. Leurs fondateurs nous ont tous parlé de leurs expériences à l’étranger, et en Angleterre en particulier.

S’il est difficile de se prononcer sur le lien de causalité entre le rapport Attali et la loi de 2009, les min cabs ont clairement inspiré l’apparition du phénomène en France.

Les poids lourds entrent sur le terrain

Sur ce marché français en déficit d’offre, mais dont la réglementation s’assouplit, les grands opérateurs entrent en lice.

England 1 – France 0

Parmi les premières à préparer leur entrée sur le marché français, nous avons LeCab, issu en droite ligne du leader du mini-cab anglais, Addison Lee. LeCab est praddisonleeésent à Paris depuis 2012, compte plusieurs centaines de voitures en ile de France, et prépare son déploiement sur Lyon.

France 1 – England 1

Après le leader vient le second … Si Green Tomato Cars est également présent comme mini-cabs à Londres depuis des années, l’entreprise est passée fin 2010 sous le pavillon français de Veolia-Transdev. Cette filiale de la Caisse des Dépôts, déjà leader sur le marché des taxis aux Pays-Bas, prépare son entrée sur le marché … français. Vous avez dit référence circulaire ?Green_Tomato

Pour faire bonne mesure, citons Uber l’américain (financé par Google), entré sur le marché Français dans le cadre d’une stratégie de conquête mondiale, mais la petite histoire veut que son fondateur ait eu l’idée du service alors qu’il galérait pour trouver un taxi lors d’un déplacement à … Paris. Plus que jamais Ville-Lumière !

Si le VTC descend du mini-cab, quel est l’ancêtre du mini-cab ?

Au Royaume-Uni, le régime du mini cab est bien défini dans sa forme actuelle depuis le Private Hire Vehicle Act (1998). Le secteur regorge d’entreprises dynamiques devenues spécialistes des courses réservées, qui débarquent en France comme on vient de le décrire.Renault-Dauphine

Le mini cab s’est développé à partir des années 60 en exploitant un vide juridique dans la règlementation qui régissait les activités de transport de personnes (le 1869 Carriage Act). Leur véhicule de prédilection était alors … la Renault Dauphine !

A l’époque, ou le « mini » était en vogue (mini-jupe, mini-austin, …), on a donné leur nom aux « mini cab » par distinction des taxis classiques, appelés depuis leur origine au tournant du XXe siècle les « black-cabs ».

Pourquoi black ? Tout simplement parce qu’à l’époque, la peinture noire était la moins chère.

Pourquoi cab ? Cab est le diminutif de « cabriolet ». Le Cabriolet est l’ancêtre hippomobile de l’automobile. Introduits de France ecabrioletn 1823, les Cabriolets comptaient un cheval et une remorque à deux roues mise à disposition des passagers. Populaires pour leur rapidité et leur confort, l’ancien premier ministre Disraeli les appelait « les gondoles de Londres ». Les londoniens les ont affectueusement surnommées « CAB » terme encore utilisé actuellement …

Ainsi le mot anglais pour « taxi » est le diminutif d’un mot bien français. La boucle est bouclée.

A propos de l'auteur Voir tous les posts

Cedric

1 commentaireLaissez un commentaire

  • Très bonne comparaison entre nos amis d’outre-Manche et ce qui se passe dans notre pays en ce moment ! Ils ont vécus peu ou prou, il y a quelque temps déjà, ce que nous vivons en France entre les Taxi et VTC.

    J’aime bien le petit historique sur la dénomination des services de transport de personnes 😉

Leave a Reply

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs nécessaires sont marqués *