Les Taxis Bleus : prix fixes et appli mobile

Nous avons rencontré Yann Ricordel, directeur général des Taxis Bleus depuis fin 2011.

Qui sont les Taxis Bleus ?

La centrale des Taxis Bleus démarre en mai 1960. Son histoire est traversée par une série d’évolutions technologiques majeures.

A l’époque, les clients appelaient les opératrices du centre d’appel, qui enregistraient les commandes sur des fiches. Celles-ci étaient transmises à des opérateurs radio, qui opéraient le dispatch auprès des chauffeurs. Techniquement datée, la radio n’en était pas moins une technologie robuste. Cette infrastructure a fonctionné jusqu’en 2012, où la liaison GPRS a définitivement remplacé la radio.

A partir de 1994, introduction du GPS, qui a permis de géolocaliser en temps réel les chauffeurs et d’automatiser la distribution des courses, réalisée sans l’intervention d’un dispatcheur humain, comme cela se fait encore aujourd’hui dans de nombreuses compagnies américaines par exemple.

En 2000, la distribution s’étoffe avec la mise en place de serveurs vocal interactifs (SVI) et d’un site internet pour les clients particuliers et partenaires (hôtels, grands comptes …).

En 2010, les Taxis bleus sortent leur première appli mobile.

Parallèlement, la société a développé un réseau de partenaires qui assure une couverture des grandes métropoles françaises.

Evolution du secteur

Le premier concurrent de l’artisan taxi est … l’artisan taxi, dans la mesure où ceux-ci sont indépendants, ils vont tous tenter de tirer le meilleur parti du marché.

Donc, l’arrivée de VTC et des moto-taxis correspond à une nouvelle concurrence, qui se substitue à la grande remise. Pas une révolution mais une évolution, dont le cadre juridique n’est pas suffisamment clair, selon Yann Ricordel : « Avec la commission Thevenoud, le gouvernement avait le choix de faire converger les deux régimes, ou de clarifier la segmentation. Il a choisi plutôt la seconde option, avec une ligne de séparation, la « maraude », et sa déclinaison en « maraude électronique », qui est devenue perméable, ce qui pose problème. »

La généralisation de l’internet mobile fait surtout évoluer les attentes des clients. Les VTC l’ont bien compris. Les Taxis Bleus quant à eux suivent l’évolution technologique … comme ils le font depuis six décennies.

Uber est souvent assimilée à l’innovation technologique. Mais plus qu’une technologie, qui est comparable à la nôtre, c’est leur modèle économique et social qui est contestable : le transport par des particuliers rémunérés par exemple est plus proche de celui d’un taxi clandestin que d’un service de transport légal. Les pouvoirs publics devront trancher : souhaitons-nous que le transport de personnes évolue vers un cadre social dérèglementé ?

Réaction des Taxis Bleus face aux évolutions du secteur ?

Le virage du numérique permet de rapprocher les canaux de distribution des clients : central d’apbleus_applipels, SVI, site internet, appli mobile et la petite dernière, l’appli smart watch ! Cette évolution vers la multicanalité se poursuit aujourd’hui avec la mise à disposition d’API (connexions internet pour distribuer le service) auprès de nos partenaires, d’ici quelques semaines.

Sur le plan du service, les Taxis Bleus ont mis en place le prix maximum garanti. Il s’agit d’une option qui garantit le plafonnement du prix de la course au niveau du tarif annoncé par l’application avant la course, même si le compteur est allé au-delà en fin de trajet. Les retours des clients sont extrêmement positifs.

Quatre questions à … Yann Ricordel

bleus_ricordel-1070x713

Q: Quelles sont les particularités de la clientèle parisienne ?

R: les clients sont dans l’ensemble exigeants, pressés … et attachés la relation humaine adaptée à la circonstance. Exemple un pro souhaitera du calme, une personne en trajet médicalisé sera davantage demandeuse d’une discussion. Je ne crois pas en l’uniformisation du service pour le client parisien.

Q : Quelles sont les spécificités du service Taxis bleus ?

R : l’acteur qui dispose du plus grand nombre de canaux de distribution du secteur.

Q : Pourriez-vous nous faire part d’un coup de cœur survenu à l’occasion de votre activité ?

R : C’est un métier de service aux personnes, qui nous amène à partager des tranches de vie quotidienne des gens, des événements tristes ou heureux. Par exemple, pendant les grèves SNCF de juin dernier, nous avons ouvert un N° d’appel prioritaire dédié aux bacheliers pour qu’ils puissent rejoindre leur centre d’examens. A l’issue de cela, nous avons reçu de nombreux courriers ou mails de remerciement !

Q : une galère ?

R : c’est un métier exposé où les agressions physiques (larcins, clients éméchés, guet-apens…) sont malheureusement régulières. Le 11 septembre dernier, c’est un chauffeur de taxi parisien de 56 ans qui est décédé des suites d’une agression par ses clients alcoolisés. Ces hommes et ces femmes chauffeurs de taxis font un métier souvent stressant, et parfois dangereux.

A propos de l'auteur Voir tous les posts

Cedric

Leave a Reply

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs nécessaires sont marqués *